14 janvier 2019

Expérimentations PACES

Cadre des expérimentations PACES

 

Cadre légal

L’arrêté du 28 octobre 2009 (article 1) impose la mise en place de la PACES à partir de la rentrée 2010-2011 (article 13). Deux années plus tard, la PACES montrant déjà ses limites, la possibilité de mettre en place des alternatives expérimentales à la PACES est autorisée par l’article 39 de la loi du 22 juillet 2013 pour une durée de 6 ans.

Le décret du 30 mai 2018 fixe les conditions de mise en place des expérimentations.

Objectifs

Ces expérimentations PACES ont deux objectifs majeurs :

Éviter le « gâchis humain » produit par la PACES, à la suite de laquelle un grand nombre d’étudiants se retrouvent au bout d’une à deux années d’études sans aucune reconnaissance des compétences et des connaissances acquises. Il s’agit donc d’améliorer et de développer les systèmes de réorientation déjà en place. Ce travail s’effectue en collaboration avec le reste de l’Université afin d’ouvrir de nouvelles passerelles vers les autres sections LMD (licence-master-doctorat) de l’Université mais également vers des écoles d’ingénieurs ou des IUT. Le but est également de permettre à l’étudiant de conserver les ECTS acquis durant la PACES (si validation de son année).

Diversifier le profil des étudiants intégrant les filières de santé.

Les premières expérimentations sont lancées dès la rentrée 2014, principalement sur des modèles Alter PACES. Le deuxième lancement a eu lieu à la rentrée 2015. Une troisième vague d’expérimentations PACES a été lancée à la rentrée 2018.